Publié par : elodieca | juillet 13, 2012

Rencontre avec une spécialiste de l’Amérique Centrale

Après de nombreux voyages en Amérique Centrale, et trois ans passés au Mexique, Hélène a voulu partager sa passion pour ses pays d’adoptions. C’est ce qu’elle fait depuis presque 7 ans maintenant chez Altiplano, un tour opérateur spécialiste des voyages sur-mesure en Amérique Latine. Outre des circuits « classiques », du Guatemala au Panama, Hélène propose des combinés permettant de découvrir le meilleur de l’Amérique Centrale.

1. Quel est votre pays favoris en Amérique Centrale ? Pourquoi ?

Toute la richesse de l’Amérique Centrale réside dans sa complémentarité, chaque pays a quelque chose d’étonnant à proposer et selon moi le plus beau voyage est de combiner plusieurs de ces pays selon l’intérêt du voyage (nature, aventure, culture, rencontre des populations…).

2. Quel est votre top 5 des merveilles de la nature à découvrir en Amérique Centrale ?

Le choix est difficile… Si je ne dois en citer que 5, alors j’opte pour :

o Les cascades de Semuc Champey au Guatemala, succession de piscines naturelles perdues dans la forêt et où l’on peut se baigner dans un cadre sauvage. Après avoir traversé la jungle et les plantations de cafés, c’est vraiment une belle récompense que l’on trouve au bout du chemin !

o Les fonds marins du Belize, parmi les plus réputés au monde. Entre le fameux Blue Hole, la réserve marine de Hol Chan ou encore les nombreux « Cayes » (Ambergris, Caulker…) le Belize est un vrai paradis pour les amateurs de plongée qui pourront nager avec les requins, tortues, et autres poissons colorés, au milieu des coraux.

o Le parc du volcan Masaya au Nicaragua où divers sentiers de randonnées pour tous les niveaux permettent d’explorer les lieux. C’est un site qui offre une très belle vue, notamment sur la lagune d’Apoyo. De plus, le parc est peuplé d’animaux (coyotes, ratons laveurs, opossums, iguanes, singes etc.) qui ont su s’adapter aux conditions de vie difficiles dans cette zone et que l’on peut observer le long du chemin.

o Le parc national Tortuguero au Costa Rica. Après une promenade d’environ 1h30 à travers les canaux du parc, on découvre une faune et une flore très riches. On y voit, entre autres, des crocodiles, iguanes, paresseux, aras, toucans… Mais le parc est surtout réputé pour l’observation des tortues qui viennent pondre sur les plages de février à novembre !

o Toujours au Costa Rica, le parc national Manuel Antonio. Partagé entre forêt tropicale, plages de sable blanc et récifs coralliens, il constitue un sanctuaire pour de nombreuses espèces animales (biches, singes, agoutis, coatis, oiseaux de toutes sortes…). On trouve dans le parc de belles plages qui conviennent bien à la baignade et la plongée. Différents sentiers permettent de sillonner le parc. Celui menant à Punta Catedral est l’un de mes préférés car le panorama vaut vraiment le détour.

Quel est votre top 5 des activités culturelles à découvrir en Amérique Centrale ?

o Tikal, ancienne cité maya nichée au cœur de la jungle du Peten (Guatemala). C’est l’un des plus grands sites archéologiques mayas du monde. Les archéologues y ont découvert de nombreux vestiges et ont pu en tirer un grand nombre d’enseignements sur la culture maya.

o La ville coloniale de Granada au Nicaragua. C’est une ville paisible où l’on respire l’ambiance locale. Surnommée « La Grande Sultane », elle présente de superbes édifices coloniaux ou néoclassique remarquablement conservés, à l’image de son imposante cathédrale.

o Sur les hauts plateaux du Guatemala, j’aime beaucoup les marchés mayas authentiques. On y voit les indiens en costume traditionnel échanger leurs produits sur des étales aux milles couleurs dans des paysages de montagne incroyables. Chaque marché a sa spécialité comme les tapis sur les bords du lac Atitlan ou encore la poterie à Chichicastenango.

o Le charmant village de Suchitoto au Salvador, petite bulle coloniale au bord du lac du même nom. On dirait qu’à Suchitoto le temps s’est arrêté. Si ce charmant village possède le charme d’Antigua au Guatemala, il ne connaît pas encore son essor touristique. Ses rues pavées sont donc très calmes et il fait bon y flâner sans but précis. On y trouve de nombreuses boutiques d’artisanat, et un marché prend parfois possession de la place centrale.

o Le canal de Panama qui présente un intérêt historique et géologique en plus d’offrir une très belle vue sur la baie de Panama. Sa construction a été un véritable challenge, sans parler de son impact sur le commerce maritime ! Les bateaux n’ont plus besoin de contourner le continent, c’est quand même fou quand on y pense !

Comment se développe le tourisme dans les différents pays d’Amérique Centrale ?

Le tourisme en Amérique Centrale se développe de plus en plus, davantage en tant que région que par pays. Les distances étant courtes entre les différentes étapes, il est possible pour un voyageur de parcourir 3 pays d’Amérique Centrale pendant un circuit de durée moyenne et plus pour les longues durées. Cela permet de varier encore plus les plaisirs et les souvenirs n’en sont que plus riches !

Certains pays sont-ils à déconseiller aux touristes au vu de problème de sécurité ?

Tous les pays d’Amérique Centrale peuvent se visiter sans danger, il suffit d’observer les règles de sécurité classiques pour tout voyage et de s’informer auprès d’un spécialiste avant son départ ! Par ailleurs il faut garder en tête que ces pays misent sur le tourisme pour leur développement. Ils font donc le maximum pour assurer la sécurité dans les zones touristiques et ont à cœur de donner entière satisfaction aux voyageurs qui sont venus à leur rencontre. Cela fait longtemps maintenant que je voyage en Amérique Centrale, et je n’ai jamais eu de souci…

Publié par : elodieca | juillet 6, 2012

Merveilles du Costa Rica : Mon top 5

Le Costa Rica recèle de nombreuses merveilles naturelles. De fait, ce petit pays qui ne représente que 0,03% des surfaces émergées concentre 6 % de la biodiversité. Tous les ans on y découvre 160 nouvelles espèces et 1,3% de sa faune est endémique.

Pour profiter au mieux de votre voyage au Costa Rica, voici les 5 lieux que je vous conseille :

1. Cahuita et son parc national

Cahuita est une petite communauté situé au Sud-Est du Costa Rica, le long de la mer des Caraïbes. Son magnifique parc national nous fait passer dans la forêt, le long de petites plages désertes de sable blanc. La mer est transparente à souhait et l’on y plonge sans difficulté. Quand vous vous promenez, levez les yeux, vous verrez peut être des paresseux, des singes et même des serpents !

2. Le parc de Tortuguero

Situé au Nord-Est du Costa Rica, le parc de Tortuguero est célèbre pour ses tortues. Entre mai et octobre, plusieurs milliers d’entre elles viennent pondre leurs œufs sur le doux sable des Caraïbes. Ce parc est uniquement accessible par voie d’eau.

3. Le parc de Corcovado

Sa situation au Sud-Ouest du costa Rica , au cœur de la jungle, en fait un paradis pour les amoureux de la nature. Pumas et Jaguars habitent le parc mais la probabilité d’en croiser est relativement faible.

4. Le volcan Arenal

Au Centre-Nord du pays, ce volcan qui est entré en éruption en 1968 ne s’est, depuis, jamais arrêté. C’est donc l’endroit idéal pour observer l’activité d’un volcan, en particulier la nuit lorsque la lave rouge dévale ses pentes.

5. Les plages du Pacifique

Amateurs de surf, c’est au Nord-Ouest du Costa Rica que vous trouverez votre bonheur ! Le Pacifique et ses grosses vagues déboulent sur les longues plages plus ou moins touristiques : Montezuma, playa Brasilito, Conchal, Hermosa…

Publié par : elodieca | mai 29, 2012

Livres de voyage

Il y a eu les livres qui m’ont aidés à préparer mon voyager, ceux qui m’ont accompagnés tout au long de la route et ceux sans lesquels j’aurai été perdue ou presque incapable de communiquer !

Les livres utiles

J’aurais été mortifiée si je l’avais oublié, mon Lonely Planet Central america
a perdu des plumes (ou plutôt des pages) pendant le voyage car j’en ai souvent arraché des feuilles. C’est plus pratique que de transporter le guide en entier pour les expéditions d’une journée.
Au lieu d’un dictionnaire j’avais fait le choix de prendre un guide de conversation espagnol
dans lequel on trouve toutes les phrases utiles pour un voyage selon les situations : transport, restaurant, hôtel, santé et même drague !
Et pour être vraiment dans le bain j’aurai du acheter le guide de conversation d’Amérique Latine
car il y a pas mal de différences de vocabulaire et d’expressions entre l’espagnol d’Espagne et d’Amérique Centrale.

Avant de partir :

Pour l’apprentissage de l’espagnol j’avais utilisé la méthode audio Assimil
. Si on se motive tous les jours (ou régulièrement) c’est plutôt efficace. Moi ça m’a donné des bases qui m’ont été utiles à mon arrivée. J’avais enregistré la méthode sur mon MP3 ce qui m’a permis de continuer à m’exercer pendant le voyage (ce qui est encore plus efficace !)

Pour préparer mon voyage, j’ai parcouru les Lonely Planet de chaque pays. Ils sont plus complets que le guide sur l’Amérique Centrale qui condense les informations et c’est là que l’on peut découvrir les endroits moins touristiques, en dehors des sentiers battus.

Connaissez-vous les échanges de livres dans les auberges de jeunesse ? Généralement, quand on part pour un long voyage, on ne peut s’encombrer avec plusieurs bouquins. Il suffit de partir avec un ouvrage et vous pourrez certainement l’échanger dans les « bibliothèques » des hostels. C’est particulièrement amusant car vous tombez sur toute sorte de livres. J’ai par exemple trouvé, juste avant de quitter le Nicaragua, un bouquin qu’un touriste m’avait conseillé de lire au début de mon voyage ! Il y a souvent beaucoup d’ouvrages en anglais et un choix très réduit en français. Soyez ouvert et prêt à lire tout ce qui vous tombera sous les mains ! Voici mes livres de voyage :

Au Nicaragua :

Trilogie sale de La Havane
: un livre dur mais irrésistiblement attachant qui nous fait découvrir la vie des Cubains lors de la terrible crise économique dans les années 90. Comme tous les habitants de la Havane, le narrateur et auteur, Pedro Juan Gutiérrez, multiplie les petites combines pour survivre au jour le jour. Sa vie parfumée de rhum, d’herbe et de sexe se dévoile à travers les multiples anecdotes et personnages qui peuplent son journal. Un livre qui m’a donné envie de découvrir Cuba…

Lettre à moi – même .
: Réflexion philosophique de l’auteur Belge Françoise Mallet – Joris sur la vie d’écrivain et de femme dans les années 70. C’est parfois un peu difficile à suivre mais jubilatoire quand on saisit ses idées !

Au Honduras :

In Tenebris
, un roman noir à l’Américaine écrit par un Français, Maxime Chattam. Une histoire et une ambiance digne du « Silence des agneaux » avec New York en toile de fond. Une enquêtrice et un détective privé cherchent à démasquer un serial killer qui a enlevé en quelques années des dizaines de personnes. Ce livre est le second d’une trilogie que j’ai bien envie de lire de retour en France !

Au Belize :

Flash ou le Grand voyage
, l’histoire vraie d’un Français, Charles Duchaussois, aventurier et grand voyageur, qui arrive à la fin des années 60 à Katmandou. En pleine époque hippie, il découvre l’univers de la drogue et raconte sa déchéance jusqu’à son excursion dans les montagnes où il va attendre la mort. Un livre qui nous emmène sur les routes, du Liban jusqu’en Inde, et sur celles plus torturées de l’esprit de l’auteur…

Au Guatemala :

Un chemin de promesses
, l’histoire vraie de jeunes mariés Français qui, pour leur voyage de noces, décident de rallier Paris à Jérusalem à la manière des pèlerins d’antan : à pied et sans argent ! Un super livre qui nous fait voyager sur les routes de l’Europe et du proche Orient à travers les paysages, les rencontres et les (més)aventures des deux amoureux.

Les cerfs-volants, un livre de Romain Gary et une histoire d’amour entre un jeune Français rêveur, dont l’oncle et tuteur passe son temps à fabriquer des cerfs-volants, et une riche Polonaise belle et capricieuse. Au début innocent de leur rencontre succéderont les évènements historiques liés à la guerre et à la résistance. Un ouvrage à la fois léger et grave qui parle d’amour pour toujours !

Au Salvador :

Le Meilleur des mondes
, un classique de la science fiction et du roman d’anticipation écrit en 1930 par Aldous Huxley. Dans un monde futur, les êtres humains ne sont plus mis au monde par leur mère mais créés et conditionnés par le système pour exercer un certain type de taches. Chacun appartient à une caste et a la vie qui lui correspond. Fiction ou future réalité… l’avenir nous le dira !

Au Costa Rica :

Les griffes de la nuit
. Encore un roman de science fiction qui nous emmène au sein d’une famille pas vraiment humaine qui peut se transformer en panthère noire. Faith, l’unique fille de la tribu, voudrait échapper à son destin mais une série de kidnapping l’oblige à rejoindre le ranch familial. Bien écrit, on a l’impression d’être dans un film !

L’espion qui venait du froid
. Un roman d’espionnage, James Bond en moins glamour mais plus réaliste. Un espion anglais tente d’infiltrer le contre espionnage de la RDA en pleine guerre froide. Interrogatoires, trahisons, stratégies, opérations financières… difficile de deviner la fin !

Publié par : elodieca | mai 25, 2012

Fin du voyage…

Cliquez pour voir où je me trouve !

Je passe ma dernière nuit à Alajuela dans l’hôtel Mi Tierra. Je profite de la piscine, du jardin tropical et du confort de ma chambre simple. Ah finis les dortoirs, un peu de luxe pour la fin de mon voyage ! Et le petit déjeuner est compris dans le prix, je ne prendrai pas l’avion le ventre vide.

Alajuela est une ville de taille moyenne avec tous les services nécessaires : McDo, magasins de vêtements, de souvenirs, de maquillage… l’idéal pour reprendre contact avec la vie occidentale.

Il est certainement encore trop tôt pour faire un bilan de tout ce que m’a apporté ce voyage en amérique centrale
mais voici en désordre mes premières pensées :

Lire la Suite…

Publié par : elodieca | mai 17, 2012

Derniers jours au Costa Rica

Cliquez pour voir où je me trouve !

Pour ma dernière semaine en amérique centrale
je décide de retourner sur ma côte préférée, les Caraïbes ! Le voyage jusque là est assez long et me fait passer par San Jose, la capitale. Toutefois les bus du Costa Rica
n’ont rien à voir avec ceux du Nicaragua
et du Guatemala
. Ils sont tout confort et valent les nôtres. Industrie du tourisme oblige, on me demande dans l’un d’eux de payer un surplus pour mon sac à dos transporté en soute !

Ma première destination Carabiques est Cahuita, un petit village à proximité du parc national du même nom. Peu après San Jose le bus s’enfonce dans un corridor vert, sur une route assaillie par des montagnes de végétation. La couleur émeraude s’étend à perte de vue.

Lire la Suite…

Cliquez pour voir où je me trouve !

Cette première semaine au Costa Rica
m’a fait passer de l’océan Pacifique aux montagnes couvertes par la forêt tropicale.

Montezuma est un joli village coincé entre deux plages. Très touristique, on dirait qu’il a été construit pour eux : restaurants, bars, magasins de souvenirs, hôtels. Du coup les prix sont vraiment extravagants, 7 dollars pour une mini pizza (même pas bonne !). C’est le signe qu’il faut que je me remette aux fournaux !

Ça tombe bien, il y en a dans l’hôtel où je dors. Perché dans la végétation, il offre une vue incroyable sur le Pacifique et une ambiance très relax qui m’envoute pour quelques jours. J’y passe des heures à lire aux milieux des fleurs, à observer la famille de singes araignées dont c’est aussi la résidence et à scruter l’horizon bleu. Le seul inconvénient est la montée assez raide pour atteindre l’hôtel.

Lire la Suite…

Publié par : elodieca | mai 1, 2012

Retour aux sources (Nicaragua et Costa Rica)

Cliquez pour voir où je me trouve !

Les voyageurs rencontrés à Las Penitas sont allés au Costa Rica
et m’ont remotivée à y aller même si c’est beaucoup plus cher, touristique et que je garde une dent contre le gouvernement de ce pays qui détruit la nature (voir la dévastation des terres autour du Rio San Juan) tout en brandissant le flambeau du tourisme écologique. Vive le marketing du développement durable ! Reste que le Costa Rica est pays extrêmement riche en terme de faune et flore et qu’il faut bien que je quitte un jour mon cher Nicaragua
.

Je pars tôt le matin. Je m’assois sur le trottoir à coté de mon sac à dos pour attendre le bus. La famille de chevaux surgit comme une apparition. Nous l’avions déjà croisée une nuit. Elle se promène et hante les rues du village. Ce spectacle est comme un dernier cadeau avant mon départ.

Lire la Suite…

Publié par : elodieca | avril 30, 2012

Plages, repos et volcan (Nicaragua)

Cliquez pour voir où je me trouve !

Pour me remettre de ma blessure au genou je décide de me mettre au vert, ou plutôt au bord du Pacifique.

D’abord la playa Jiquillo où il n’y a rien à faire, juste se reposer dans un hamac, face à la mer, un livre à la main. Et ça tombe bien, la bibliothèque de l’hôtel est bien fournie, même en livres français.

Ma seule activité sera une promenade d’une heure au bord de la plage jusqu’au village de Padre Ramos. J’y vais avec Julia, une sympathique Autrichienne.

Lire la Suite…

Cliquez pour voir où je me trouve !

1.Prenez un grand verre de beauté naturelle.

Le Cerro Negro est un volcan noir comme son nom l’indique. C’est le plus jeune d’amérique centrale
apparu en avril 1850. C’est aussi l’un des volcans les plus actifs, il est entré en éruption 23 fois depuis sa naissance. La dernière date de 1999.

Lire la Suite…

Publié par : elodieca | avril 25, 2012

Granada et Léon

Cliquez pour voir où je me trouve !

Je profite de mon retour à Granada pour rendre visite à mes amies Nicaraguayennes : Carla, la directrice de l’école Nicaragua Mia, Gabriela, ma professeur d’espagnol, Rosita, ma « maman » du Nicaragua
comme elle se nomme elle-même dans les mails qu’elle m’envoie régulièrement.

 

Toutes vont bien mais il y a eu beaucoup d’évènements depuis mon départ fin janvier. L’école Nicaragua Mia a connu une forte baisse de fréquentation. En effet, il y a un conflit avec la personne qui détient le mot de passe de la messagerie de l’école. De ce fait, Carla ne recevait pas les messages envoyés par les clients potentiels…

Lire la Suite…

Publié par : elodieca | avril 18, 2012

Repos forcé au Salvador

Cliquez pour voir où je me trouve !

De Monterrico nous souhaitons prendre un shuttle pour El Tunco, une plage sur la côte Pacifique du Salvador
. En effet, nous n’avons pas envie de nous soucier du passage de frontière entre le Guatemala
et le Salvador, et nous ne savons pas si les bus locaux sont très sûrs.

Mais aucun shuttle ne part de Monterrico, il nous faudrait revenir à Antigua, soit 6h de route pour rien puisque nous sommes sur le chemin entre Antigua et la frontière avec le Salvador. On m’a parlé d’une agence de voyage française à Antigua, l’agence Bon Voyage. J’ai le directeur, Arnaud, au téléphone. Il est d’accord pour que nous arrangions un rendez-vous sur l’autoroute afin que le shuttle qui part d’Antigua s’arrête nous prendre. Il nous précise d’être bien à l’heure car la seule fois où il a tenté cet arrangement, les gens n’étaient pas au rendez-vous !

Lire la Suite…

Publié par : elodieca | avril 14, 2012

Monterrico (Guatemala)

Cliquez pour voir où je me trouve !

C’est l’une des plages les plus proches d’Antigua et de Guatemala City. Je m’attends donc à ce qu’elle soit bondée de touristes. Mais au Guatemala
le lundi de Pâques n’est pas férié et l’activité a repris normalement.

Lire la Suite…

Publié par : elodieca | avril 12, 2012

Week-end de Pâques à Antigua (Guatemala)

Cliquez pour voir où je me trouve !

Antigua est une jolie petite ville aux multiples églises, le lieu idéal pour observer les manifestations de la Semana Santa (Semaine Sainte). Cette semaine de Pâques est l’une des plus importantes pour les Guatémaltèques, et les habitants d’amérique centrale
en général. Souvent synonyme de vacances, c’est la période la plus touristique au Guatemala. On rencontre autant de touristes étrangers que guatémaltèques.

Lire la Suite…

Publié par : elodieca | avril 5, 2012

5 bonnes raisons d’aller au lac Atitlan (Guatemala)

Cliquez pour voir où je me trouve !

Une journée et demie de transport est nécessaire pour rallier Laguna Lachua à San Pedro Laguna, un village en bordure du lac Atitlan. Le périple en bus me fait repasser par Coban puis Uspantan, Santa Cruz del Quiche (où je passe la nuit), Los Encontros, Solola et Panajachel. De là il faut prendre une lancha pour traverser le lac.

Boulangerie à Santa Cruz

Lire la Suite…

Publié par : elodieca | avril 3, 2012

Laguna Lachua – Into the Wild

Cliquez pour voir où je me trouve !

Après avoir longtemps hésité, j’ai décidé d’aller à Laguna Lachua, un Parc National autour d’un lac parfaitement rond. Je n’ai pas réussi à avoir des informations sur le logement. Mais comme l’a dit Tiphaine, une Française rencontrée à Lanquin, je pourrai toujours dormir chez l’habitant.

Il y a 5h de route pour s’y rendre et le dernier tronçon est en pleine construction. On circule entre les bulldozers et les camions benne. Je n’avais jamais observé les travaux publics de si près. Tellement près que j’ai des sueurs froides quand nous frôlons un engin dont les chenilles descendent à toute vitesse un monticule de terre. Le conducteur de bulldozer est excédé par le chauffeur du mini-van qui n’attend pas son tour pour passer. Il fait mine d’écraser sa pelle sur nous.

Lire la Suite…

Publié par : elodieca | avril 2, 2012

Une manifestation et un quetzal (Guatemala)

Cliquez pour voir où je me trouve !

Je pars avec deux Français que j’ai rencontré à l’hôtel, Loriane et Sylvain. Nous prenons un shuttle pour nous rendre au Biotopo del Quetzal. Le quetzal est l’oiseau sacré des Mayas que l’on retrouve sur le drapeau du Guatemala
et qui a donné son nom à la monnaie. C’est un oiseau qui se distingue par ses couleurs chatoyantes et sa longue queue qui se sépare en plusieurs lambeaux, comme des serpents (d’où son autre nom de serpent à plumes). Il est très difficile d’en voir.

Lever du soleil autour de l'hôtel à Lanquin

Lire la Suite…

Publié par : elodieca | avril 1, 2012

Semuc Champey et Lanquin (Guatemala)

Cliquez pour voir où je me trouve !

Après avoir changé maintes fois d’avis, j’ai décidé d’aller directement à Coban situé plus au Sud. De là j’irai explorer les environs.

Le voyage commence à 6h30. Je saute dans un mini-van jusqu’à Sayaxché. Pour une fois je suis devant et je peux admirer le paysage. A Sayaxché il faut traverser une rivière pour prendre le bus suivant en direction de Coban. Là c’est 5h de trajet mais avec un changement de voiture au milieu ce qui n’est pas plus mal pour la pause WC.

Lire la Suite…

Publié par : elodieca | mars 31, 2012

Flores (Guatemala)

Cliquez pour voir où je me trouve !

Je décide de passer ma dernière matinée à El Remate, dans la Réserve Naturelle du Cerro Cahu. Elle serait habitée par des jaguars. Mais à part des oiseaux sonores, de jolis papillons et des lézards fuyant devant moi, je ne croise pas beaucoup d’animaux.

Lire la Suite…

Publié par : elodieca | mars 27, 2012

Tikal (Guatemala)

Cliquez pour voir où je me trouve !

Pour se rendre à Tikal au Guatemala
on peut réserver une place dans un mini-van qui s’y rend tôt le matin. Lever 5h, et départ 5h30. Ainsi, 1h plus tard, je suis l’une des premières à fouler le sol du site Maya.

L’entrée est à 15 € et s’achète à l’accès principal du parc situé à 17 km du site Maya lui-même. En effet, la jungle qui entoure Tikal est une zone protégée de 576 km².

Lire la Suite…

Publié par : elodieca | mars 23, 2012

Au bord du lac Peten Itza (Guatemala)

Cliquez pour voir où je me trouve !

Juan me propose de monter dans un des bus affrétés par l’agence pour se rendre à la frontière avec le Guatemala
. On y arrive au bout d’une vingtaine de minutes. J’ai la mauvaise surprise d’apprendre qu’il faut payer le montant exorbitant de 37,5 dollars Bélize (19 USD) pour quitter le Belize
! C’est tout juste la somme qu’il me restait en monnaie locale.

Coté Guatemala on me fait aussi payer une petite taxe d’entrée (2 USD), peut être parce que c’est la deuxième fois que je rentre dans le pays ? Un taxi me mène dans la ville proche de la frontière, Melchor de Mencos, où je peux prendre un mini van jusqu’à El Remate.

Mais arrivé à la division des routes menant l’une à Santa Elena, l’autre à El Remate, le chauffeur me dit qu’il ne va finalement pas à El Remate. Je dois donc marcher les 5 km restants, le sac sur le dos, sous la chaleur écrasante de 11h, mais avec la perspective magnifique du lac Peten Itza.

Lire la Suite…

Older Posts »

Catégories